Aller au contenu

ACHETER EN COMPANY OU AVEC SES ENFANTS

ACHETER UN BIEN IMMOBILIER AVEC UNE COMPANY OU AVEC SES ENFANTS DE NATIONALITÉ THAILANDAISE.
Acheter un bien immobilier avec une company est une solution et si elle est monté dans le cadre familial, ca sera surement plus bénéfique car l’ensemble de la famille détiendra le bien 49% pour l’étranger et 51% restant pour les autres membres de la famille.
Il me semble que l’on peut mettre un enfant à partir de l’age de 12 ans dans une société mais cela reste à confirmer.
Cependant, avant d’entamer le détail sur la composition et le fonctionnement d’une société, je voudrais faire une parenthèse sur l’enregistrement des enfants pour une maison.
Il n’est pas impossible de mettre ses enfants pour enregistrer son bien immobilier en thailande. Il faudra la présence du parent thailandais et que votre ou vos enfants est un numéro de nationalité thailandais, l’acte de naissance sa carte d’identité fera l’affaire.
L’enregistrement du bien immobilier avec vos enfants ne vous donnera pas la jouissance du bien et à leur majorité, ils pourront décidés de le vendre sans votre accord.
Pour les cas rare, ou le parent étranger détient la maison et son ou ses enfants détiennent le terrain. Etant donné qu’il n’y a pas de contrat lease ou usufruit, ca protégera en rien le parent étranger, à leur majorité, les enfants pourront vendre le bien sans l’accord du parent.
CRÉATION D’UNE ENTREPRISE EN THAÏLANDE
La création d’une entreprise en Thaïlande n’est pas vraiment facile :
En qualité d’étranger, pour la création d’une entreprise en Thaïlande, vous ne pourrez détenir au grand maximum que 49% des parts. Vos actionnaires seront donc obligatoirement majoritaires puisqu’ils en détiendront les 51 restants. Votre Limited Company thaïlandaise (SARL) devra compter au minimum 3 associés, dont l’associé thaïlandais majoritaire.
1. Le coût de la création d’une entreprise SARL est loin d’être négligeable :
Pour une SARL, prévoyez un capital minimum de 2 millions de bahts pour le « work permit ». Auxquels il faudra ajouter 30 000 bahts de frais pour l’indispensable avocat qui se chargera d’enregistrer le nom de votre société, rédigera ses statuts, etc. Mieux vaut prévoir d’avance le nom de votre société ainsi que son logo, afin de les enregistrer dans les meilleurs délais. Prévoir trois 3 noms différents pour votre entreprise ne seront pas de trop, au cas où l’un d’entre eux serait déjà utilisé.
2. Le tampon n’est pas un gadget :
Un logo est indispensable, c’est lui qui vous permettra de créer le tampon de votre entreprise. Il est obligatoire dès lors que vous signez un document officiel. Vous devez l’apposer, sous peine de nullité du document en question. Comptez aussi environ 15 000 bahts de frais d’avocat pour l’obtention du work Permit (permis de travail).
3. Domicilier votre entreprise :
Vous êtes locataire, et que vous envisagez de domicilier l’entreprise à votre domicile, n’oubliez pas de solliciter l’accord « écrit » de votre propriétaire. Si vous louez des locaux, vous aurez bien évidemment un loyer et des charges à acquitter.
Ne faites surtout pas l’économie d’un comptable, le plan comptable thaïlandais est bien plus compliqué que le plan comptable français.
4. Évitez d’être hors la loi ! Des personnes peu scrupuleuses vous proposeront une pratique courante en Thaïlande, pour contourner la loi sur la création d’une entreprise en société :
« La pratique courante de « l’homme de paille thaïlandais détenant les 51 % restants est courante ».
Cette pratique est totalement illégale. Ne succombez pas à la tentation !
De nombreux escrocs ont élus domicile sur le web, il est même fréquent que ce ne sont pas des thailandais (Facebook, Youtube, Twitter et autres réseaux sociaux), pour vous proposer leur service. Les mêmes vous proposent de vous faciliter l’ouverture d’un compte bancaire dans une banque thaï, de vous obtenir le visa adéquat, le work permit, etc.
Ces offres de services hors la loi proviennent souvent de non thaï, contrairement à ce que vous pourriez-penser. Ne vous fiez pas aux apparences et ne commettez pas cette erreur, prenez un avocat spécialisé.
5. Quelle solution est légale ?
L’obligation de disposer d’un capital limité à 49%, pour certaines activités réservées peut être levée grâce à l’acquisition d’une Alien Business Licence, mais le processus d’obtention est lent et surtout incertain. Elle n’est pas adaptée aux petites et moyennes entreprises, et requiert elle aussi l’intervention d’un avocat spécialisé.
6. Apprenez à manager vos employés thaïlandais :
Manager efficacement du personnel thaïlandais demande un minimum de compréhension… et d’efforts. C’est pourtant indispensable si vous souhaitez réussir dans les affaires. Comprendre les différences culturelles est indispensable.
7. La hiérarchie façon thaïlandaise :
Pour un thaïlandais, communiquer avec son supérieur hiérarchique, c’est comme s’adresser à son Président Directeur Général en Europe.
En France par exemple, votre supérieur hiérarchique utilise en général de son autorité en vertu des règlements de son entreprise. En Thaïlande c’est complétement différent, le chef d’entreprise n’est reconnu de ses employés que si il sait montrer de l’intérêt pour eux, et créer des relations personnelles avec eux. Comme l’explique Patara Yonvanich, managing director chez SAP, «en Thaïlande, les gens ne s’intéressent pas à ce que vous savez tant qu’ils ne savent pas si vous vous intéressez à eux.»
8. Communiquer avec ses employés thaïlandais :
Communiquez avec respect et politesse. En Thaïlande, l’arrogance n’a pas sa place. Ne soyez pas trop direct avec vos employés, vous n’êtes pas en France.
Gardez toujours à l’esprit qu’un thaïlandais vous dira rarement non, et qu’un sourire ou un oui ne signifie pas forcément qu’il est d’accord, ou qu’il a obligatoirement compris. N’hésiter à expliquer ; ou à réexpliquer patiemment et avec respect. Évitez les reproches, surtout en public. Préférez régler vos éventuels conflits sans témoins, avec tacts, et sans perdre votre sang froid.
9. Construisez des relations personnelles évite le turnover :
Les Thaïlandais accordent davantage de valeur à la qualité des relations de travail que les occidentaux, leur motivation passe bien plus par les relations personnelles que par les promesses d’évolution de carrière ou d’augmentation de salaire. Ils attachent beaucoup d’importance que nous à l’ambiance qui règne sur leur lieu de travail. Leurs collègues sont « presque » vus comme de la famille élargie. Le taux de chômage étant très bas, ils n’hésiteront pas, sans prévis, à changer d’employeur, d’autant plus qu’ils peuvent souvent compter sur le soutien de leur famille pendant les périodes de recherche d’emploi.
ATTENTION AUX MÉTIERS INTERDITS AUX NON THAÏS
Liste des métiers interdits aux non thaïs :
Un décret royal de 1973 énumère 39 professions interdites aux étrangers. Cette liste a été modifiée à plusieurs reprises par les décrets royaux ultérieurs, le dernier en 2005 :
– Guide touristique ou opération de visites touristiques
– Travail manuel
– L’agriculture, l’élevage, la sylviculture ou la pêche, à l’exception des travaux nécessitant une expertise, un travail spécialisé ou un travail de supervision agricole
– Maçonnerie, menuiserie ou autres travaux de construction
– Sculpture sur bois
– Conduite des véhicules à moteur,
– conduite un véhicule à propulsion non mécanique ou mécanique, sauf pour pilotage des avions sur des lignes internationales
– Présence dans les magasins / points de vente
– Enchères
– Supervision, audition ou production de services en comptabilité, à l’exception des audits internes occasionnels
– Découpe ou polissage de diamants ou de pierres précieuses
– Coupe de cheveux, coiffure ou soins de beauté
– Tissage à la main
– Tissage ou fabrication d’ustensiles à partir de roseaux, de rotin, de chanvre, de paille ou de bambou
– Fabrication du papier mûrier à la main
– Fabrication de laque
– Fabrication des instruments de musique thaïlandais
– Fabrication de nielloware
– Ornements en or, argenterie
– Fabrication d’articles en bronze
– Fabrication de poupées thaïlandaises
– Fabrication de couvertures de matelas et de couettes
– Conception de bol
Fabrication de produits en soie à la main
– Fabrication d’images de Bouddha
– Fabrication de couteaux
– Fabrication de parapluies en papier ou en tissu
– Fabrication de chaussures
– Fabrication de chapeaux
– Travail de courtage ou d’agence, à l’exception du travail de courtier ou d’agence dans le commerce international
– Travaux de génie civil concernant la conception et le calcul, – L’organisation, la recherche, la planification de projets, les essais, la supervision de la construction ou le conseil, à l’exclusion des travaux nécessitant une expertise particulière
– Travaux d’architecture concernant la conception, l’établissement de plans, l’estimation des coûts, la direction des travaux ou les conseils
– Couture
– Poterie ou céramique
– Cigarette roulée à la main
– Vente ambulante
– Composition de caractères thaïlandais
– Remontage et torsion de la soie à la main
– Travail de bureau et de secrétariat
– Service juridique ou travail en justice
fr_FRFrançais